Joglar de Gérard Zuchetto


Gerard Zuchetto, nous explique très bien qui étaient les Joglars,
dans cet extrait de "Terre des troubadours" Editions de Paris, 1996.
Pour en savoir plus, Cliquez sur :http://www.musicologie.org/publirem...


" Les joglars ont le rôle d’interprètes. Ils apprennent de mémoire paroles et musique (ou peut-être s’aident-ils de bouts de parchemin, de breu de pergamin) et vont dans les cours porter, par leur voix, les poèmes inventés par les troubadours.
Les joglars (du bas latin jocularis, dérivé de jocus : jeu) sont danseurs, bateleurs, montreurs d’animaux, cracheurs de feu... Ceux qui côtoient les trobaires, sont plutôt musiciens, interprètes et mélodistes eux-mêmes. De basse condition dans la société nobiliaire, le joglar a la double ambition de se faire connaître et reconnaître, à la fois par ses confrères poètes et par la noblesse des cours où il chante.
Aux xie et xiie siècles, les noms de joglar et trobaire désignent le même chanteur et « trouveur ».
Gaucelm Faidit se fait joglar après un mauvais coup du sort au jeu et part sur les routes chercher fortune avec ses chansons. Guilhem Magret, le jongleur du Viennois, partage sa vie entre le jeu de dés dans les tavernes et l’art de la poésie dans les cours. Papiol, reste au service du même seigneur et troubadour renommé, Bertran de Born. Raimbaut d’Aurenga revendique ce statut de musicien marginal lettré et s’enorgueillit du nom joglaresc de Linhaure.
Il semble que tout homme, qu’il soit de basse extrace ou de haut lignage, qu’il soit doué ou non pour le chant et les instruments, peut devenir joglar et « chanter, pour peu qu’il sache les « belles lettres, qu’on lui donne des chansons ou qu’on les lui mette en écriture. » "

Contact : Comité du Grand Fauconnier - 2 rue des Jardins - 81170 Cordes-sur-Ciel
Tél : 05.63.56.34.63
Courriel : comite.dugrandfauconnier@laposte.net